Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact
Accueil > Molière > Molière de A à Z > Misanthrope (Le)

Molière de A à Z

Misanthrope (Le)

Comédie en cinq actes et en vers, représentée le 4 juin 1666 au théâtre du Palais-Royal. Alceste entre irrité dans le salon de Célimène, une jeune coquette dont il est amoureux, en compagnie de son ami Philinte, auquel il reproche d’avoir prodigué des marques d’amitié excessives à un inconnu. Celui-ci invoque les usages mondains, mais Alceste, loin de se montrer indulgent, s’emporte contre l’hypocrisie de l’humanité en général. Oronte, un faiseur de sonnet, arrive alors, adresse à Alceste des protestations d’amitié et insiste pour lui lire quelques vers de sa main. Alors que Philinte se répand en éloges, Alceste finit par reconnaître que le sonnet est bon « à mettre au cabinet ». Oronte réagit, le ton monte et la querelle éclate. Alceste fait grief à Célimène de la complaisance qu’elle témoigne à ses soupirants et s’apprête à la mettre au pied du mur, quand arrivent les marquis, Acaste et Clitandre, ainsi que Philinte et Éliante, une cousine de l’héroïne. Célimène brosse avec esprit, mais non sans médisance, selon l’usage mondain, quelques portraits d’amis absents, ce qui met Alceste, jusque là silencieux, en fureur. Célimène réagit cruellement, mais, heureusement, l’échange est interrompu par l’arrivée d’un garde : Alceste est convoqué devant le tribunal des maréchaux pour l’affaire du sonnet.

Les deux marquis, restés seuls, font assaut de suffisance et de fatuité, puis se retirent à l’arrivée d’Arsinoé, une fausse prude, qui rapporte perfidement à Célimène quelques rumeurs relatives à sa conduite. Celle-ci répond sur le même ton de politesse hypocrite. Décidée à se venger, Arsinoé tente en vain de séduire Alceste, puis promet de lui fournir des preuves de l’inconstance de sa bien aimée. Philinte s’entretient avec Éliante de la passion malheureuse d’Alceste pour Célimène. Le héros entre, furieux, tenant à la main une lettre qui prouve la duplicité de la coquette. Dès que celle-ci arrive, il la presse maladroitement de se justifier, mais elle retourne magistralement la situation au point qu’il finit par implorer son pardon. Enfin, ayant perdu son procès, le misanthrope veut quitter la société des hommes. Il presse, tout comme Oronte, Célimène de déclarer publiquement ses sentiments, mais elle tergiverse alors que les marquis, autres amants bafoués, entrent pour l’accabler à leur tour. Quand tous se sont retirés, Alceste déclare à sa maîtresse qu’il est néanmoins prêt à l’épouser si elle consent à renoncer au monde, ce à quoi elle ne peut se résoudre. Il décide de quitter Paris et de se retirer dans la solitude.

Le ton grave de cette œuvre surprend le public et Le Misanthrope n’obtient qu’un succès moyen, ne restant à l’affiche que pour trente-quatre représentations. Bien que ce thème ait été traité avant le XVIIe siècle — le poète latin Lucien écrit un Timon ou le misanthrope, et Shakespeare son fameux Timon d’Athènes —, c’est Molière qui lui donne un retentissement extraordinaire. Dès la fin du XVIIIe siècle, époque durant laquelle on se passionne pour le débat moral ouvert par Jean-Jacques Rousseau, cette comédie suscite en Europe toute une série d’œuvres, parmi lesquelles on peut citer : Le Philinte de Molière ou la suite du Misanthrope (1790), drame larmoyant de Fabre d’Églantine, Le Misanthrope corrigé, dans les Contes moraux de Marmontel (1786), et, à l’étranger, L’Homme franc de William Wycherley (1676), L’École de la médisance de Sheridan (1777), et Le Misanthrope réconcilié, pièce inachevée de Schiller (1790). Le XIXe siècle se détourne de ces épanchements lyriques et le rire reprend ses droits avec Labiche, Le Misanthrope et l’Auvergnat (1852), puis avec Courteline, auquel on doit une très fine Conversion d’Alceste (1905). Il y a quelques années enfin, on a pu voir un Célimène et le cardinal de Jacques Rampal (1992).