Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact

Les Femmes savantes

Acte 2

 ACTE II, SCÈNE PREMIÈRE

ARISTE [1] .
 Oui, je vous porterai la réponse au plus tôt ;
330 J’appuierai, presserai, ferai tout ce qu’il faut.
Qu’un amant, pour un mot, a de choses à dire !
Et qu’impatiemment il veut ce qu’il désire !
Jamais...

 SCÈNE II

CHRYSALE, ARISTE.
ARISTE
 Ah, Dieu vous gard’, mon frère.

CHRYSALE
 Et vous aussi,
 Mon frère.

ARISTE
 Savez-vous ce qui m’amène ici ?

CHRYSALE
335 Non ; mais, si vous voulez, je suis prêt à l’apprendre.

ARISTE
 Depuis assez longtemps vous connaissez Clitandre ?

CHRYSALE
 Sans doute, et je le vois qui fréquente chez nous.

ARISTE
 En quelle estime est-il, mon frère, auprès de vous ?

CHRYSALE
 D’homme d’honneur, d’esprit, de cœur, et de conduite,
340 Et je vois peu de gens qui soient de son mérite.

ARISTE
 Certain désir qu’il a, conduit ici mes pas,
Et je me réjouis que vous en fassiez cas.

CHRYSALE
 Je connus feu son père en mon voyage à Rome.

ARISTE
 Fort bien.

CHRYSALE
 C’était, mon frère, un fort bon gentilhomme.

ARISTE
 On le dit.

CHRYSALE
345 Nous n’avions alors que vingt-huit ans,
 Et nous étions, ma foi, tous deux de verts galants.

ARISTE
 Je le crois.

CHRYSALE
 Nous donnions [2] chez les dames romaines,
 Et tout le monde là parlait de nos fredaines ;
Nous faisions des jaloux.

ARISTE
 Voilà qui va des mieux :
350 Mais venons au sujet qui m’amène en ces lieux.

 SCÈNE III

BÉLISE, CHRYSALE, ARISTE.
ARISTE
 Clitandre auprès de vous me fait son interprète,
Et son cœur est épris des grâces d’Henriette.

CHRYSALE
 Quoi, de ma fille ?

ARISTE
 Oui, Clitandre en est charmé,
 Et je ne vis jamais amant plus enflammé.

BÉLISE
355 Non, non, je vous entends, vous ignorez l’histoire,
Et l’affaire n’est pas ce que vous pouvez croire.

ARISTE
 Comment, ma sœur ?

BÉLISE
 Clitandre abuse vos esprits,
 Et c’est d’un autre objet que son cœur est épris.

ARISTE
 Vous raillez. Ce n’est pas Henriette qu’il aime ?

BÉLISE
 Non, j’en suis assurée.

ARISTE
360 Il me l’a dit lui-même.

BÉLISE
 Eh oui.

ARISTE
 Vous me voyez, ma sœur, chargé par lui
 D’en faire la demande à son père aujourd’hui.

BÉLISE
 Fort bien.

ARISTE
 Et son amour même m’a fait instance
 De presser les moments d’une telle alliance.

BÉLISE
365 Encor mieux. On ne peut tromper plus galamment.
Henriette, entre nous, est un amusement [3] ,
Un voile ingénieux, un prétexte, mon frère,
À couvrir d’autres feux dont je sais le mystère,
Et je veux bien tous deux vous mettre hors d’erreur.

ARISTE
370 Mais puisque vous savez tant de choses, ma sœur,
Dites-nous, s’il vous plaît, cet autre objet qu’il aime.

BÉLISE
 Vous le voulez savoir ?

ARISTE
 Oui. Quoi ?

BÉLISE
 Moi.

ARISTE
 Vous ?

BÉLISE
 Moi-même.

ARISTE
 Hay, ma sœur !

BÉLISE
 Qu’est-ce donc que veut dire ce "hay",
 Et qu’a de surprenant le discours que je fai ?
375 On est faite d’un air je pense à pouvoir dire
Qu’on n’a pas pour un cœur [4] soumis à son empire ;
Et Dorante, Damis, Cléonte, et Lycidas,
Peuvent bien faire voir qu’on a quelques appas.

ARISTE
 Ces gens vous aiment ?

BÉLISE
 Oui, de toute leur puissance.

ARISTE
 Ils vous l’ont dit ?

BÉLISE
380 Aucun n’a pris cette licence ;
 Ils m’ont su révérer si fort jusqu’à ce jour,
Qu’ils ne m’ont jamais dit un mot de leur amour :
Mais pour m’offrir leur cœur, et vouer leur service,
Les muets truchements ont tous fait leur office.

ARISTE
385 On ne voit presque point céans venir Damis.

BÉLISE
 C’est pour me faire voir un respect plus soumis.

ARISTE
 De mots piquants partout Dorante vous outrage.

BÉLISE
 Ce sont emportements d’une jalouse rage.

ARISTE
 Cléonte et Lycidas ont pris femme tous deux.

BÉLISE
390 C’est par un désespoir où j’ai réduit leurs feux.

ARISTE
 Ma foi ! ma chère sœur, vision toute claire.

CHRYSALE
 De ces chimères-là vous devez vous défaire.

BÉLISE
 Ah chimères ! Ce sont des chimères, dit-on !
Chimères, moi ! Vraiment chimères est fort bon !
395 Je me réjouis fort de chimères, mes frères,
Et je ne savais pas que j’eusse des chimères.

 SCÈNE IV

CHRYSALE, ARISTE.
CHRYSALE
 Notre sœur est folle, oui.

ARISTE
 Cela croît tous les jours.
 Mais, encore une fois, reprenons le discours.
Clitandre vous demande Henriette pour femme,
400 Voyez quelle réponse on doit faire à sa flamme ?

CHRYSALE
 Faut-il le demander ? J’y consens de bon cœur,
Et tiens son alliance à singulier honneur.

ARISTE
 Vous savez que de bien il n’a pas l’abondance,
Que...

CHRYSALE
 C’est un intérêt qui n’est pas d’importance ;
405 Il est riche en vertu, cela vaut des trésors,
Et puis son père et moi n’étions qu’un en deux corps.

ARISTE
 Parlons à votre femme, et voyons à la rendre
Favorable...

CHRYSALE
 Il suffit, je l’accepte pour gendre.

ARISTE
 Oui ; mais pour appuyer votre consentement,
410 Mon frère, il n’est pas mal d’avoir son agrément,
Allons...

CHRYSALE
 Vous moquez-vous ? Il n’est pas nécessaire,
 Je réponds de ma femme, et prends sur moi l’affaire.

ARISTE
 Mais...

CHRYSALE
 Laissez faire, dis-je, et n’appréhendez pas.
 Je la vais disposer aux choses de ce pas.

ARISTE
415 Soit. Je vais là-dessus sonder votre Henriette,
Et reviendrai savoir...

CHRYSALE
 C’est une affaire faite.
 Et je vais à ma femme en parler sans délai.

 SCÈNE V

MARTINE, CHRYSALE.
MARTINE
 Me voilà bien chanceuse ! Hélas l’an dit bien vrai [5]  :
Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage,
420 Et service d’autrui n’est pas un héritage [6] .

CHRYSALE
 Qu’est-ce donc ? Qu’avez-vous, Martine ?

MARTINE
 Ce que j’ai ?

CHRYSALE
 Oui ?

MARTINE
 J’ai que l’an me donne [7] aujourd’hui mon congé,
 Monsieur.

CHRYSALE
 Votre congé !

MARTINE
 Oui, Madame me chasse.

CHRYSALE
 Je n’entends pas cela. Comment ?

MARTINE
 On me menace,
425 Si je ne sors d’ici, de me bailler cent coups.

CHRYSALE
 Non, vous demeurerez, je suis content de vous ;
Ma femme bien souvent a la tête un peu chaude,
Et je ne veux pas moi...

 SCÈNE VI

PHILAMINTE, BÉLISE, CHRYSALE, MARTINE.
PHILAMINTE
 Quoi, je vous vois, maraude ?
 Vite, sortez, friponne ; allons, quittez ces lieux,
430 Et ne vous présentez jamais devant mes yeux.

CHRYSALE
 Tout doux.

PHILAMINTE
 Non, c’en est fait.

CHRYSALE
 Eh.

PHILAMINTE
 Je veux qu’elle sorte.

CHRYSALE
 Mais qu’a-t-elle commis, pour vouloir de la sorte...

PHILAMINTE
 Quoi, vous la soutenez ?

CHRYSALE
 En aucune façon.

PHILAMINTE
 Prenez-vous son parti contre moi ?

CHRYSALE
 Mon Dieu non ;
435 Je ne fais seulement que demander son crime.

PHILAMINTE
 Suis-je pour la chasser sans cause légitime ?

CHRYSALE
 Je ne dis pas cela, mais il faut de nos gens...

PHILAMINTE
 Non, elle sortira, vous dis-je, de céans.

CHRYSALE
 Hé bien oui. Vous dit-on quelque chose là contre ?

PHILAMINTE
440 Je ne veux point d’obstacle aux désirs que je montre.

CHRYSALE
 D’accord.

PHILAMINTE
 Et vous devez en raisonnable époux,
 Être pour moi contre elle et prendre mon courroux [8] .

CHRYSALE
 Aussi fais-je. Oui, ma femme avec raison vous chasse,
Coquine, et votre crime est indigne de grâce.

MARTINE
 Qu’est-ce donc que j’ai fait ?

CHRYSALE
445 Ma foi ! Je ne sais pas.

PHILAMINTE
 Elle est d’humeur encore à n’en faire aucun cas.

CHRYSALE
 A-t-elle, pour donner matière à votre haine,
Cassé quelque miroir, ou quelque porcelaine ?

PHILAMINTE
 Voudrais-je la chasser, et vous figurez-vous
450 Que pour si peu de chose on se mette en courroux ?

CHRYSALE
 Qu’est-ce à dire ? L’affaire est donc considérable ?

PHILAMINTE
 Sans doute. Me voit-on femme déraisonnable ?

CHRYSALE
 Est-ce qu’elle a laissé, d’un esprit négligent,
Dérober quelque aiguière, ou quelque plat d’argent ?

PHILAMINTE
 Cela ne serait rien.

CHRYSALE
455 Oh, oh ! peste, la belle !
 Quoi ? l’avez-vous surprise à n’être pas fidèle [9]  ?

PHILAMINTE
 C’est pis que tout cela.

CHRYSALE
 Pis que tout cela ?

PHILAMINTE
 Pis.

CHRYSALE
 Comment diantre, friponne ! Euh ? a-t-elle commis...

PHILAMINTE
 Elle a, d’une insolence à nulle autre pareille,
460 Après trente leçons, insulté mon oreille,
Par l’impropriété d’un mot sauvage et bas,
Qu’en termes décisifs condamne Vaugelas [10] .

CHRYSALE
 Est-ce là...

PHILAMINTE
 Quoi, toujours malgré nos remontrances,
 Heurter le fondement de toutes les sciences ;
465 La grammaire qui sait régenter jusqu’aux rois,
Et les fait la main haute [11] obéir à ses lois ?

CHRYSALE
 Du plus grand des forfaits je la croyais coupable.

PHILAMINTE
 Quoi, vous ne trouvez pas ce crime impardonnable ?

CHRYSALE
 Si fait.

PHILAMINTE
 Je voudrais bien que vous l’excusassiez.

CHRYSALE
 Je n’ai garde.

BÉLISE
470 Il est vrai que ce sont des pitiés,
 Toute construction est par elle détruite,
Et des lois du langage on l’a cent fois instruite.

MARTINE
 Tout ce que vous prêchez est je crois bel et bon ;
Mais je ne saurais, moi, parler votre jargon.

PHILAMINTE
475 L’impudente ! appeler un jargon le langage
Fondé sur la raison et sur le bel usage !

MARTINE
 Quand on se fait entendre, on parle toujours bien,
Et tous vos biaux dictons [12] ne servent pas de rien.

PHILAMINTE
 Hé bien, ne voilà pas encore de son style,
Ne servent-pas de rien !

BÉLISE
480 Ô cervelle indocile !
 Faut-il qu’avec les soins qu’on prend incessamment,
On ne te puisse apprendre à parler congrûment ?
De pas, mis avec rien, tu fais la récidive [i] ,
Et c’est, comme on t’a dit, trop d’une négative.

MARTINE
485 Mon Dieu, je n’avons pas étugué comme vous,
Et je parlons tout droit comme on parle cheux nous.

PHILAMINTE
 Ah peut-on y tenir !

BÉLISE
 Quel solécisme horrible !

PHILAMINTE
 En voilà pour tuer une oreille sensible.

BÉLISE
 Ton esprit, je l’avoue, est bien matériel.
490 Je, n’est qu’un singulier ; avons, est pluriel.
Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire [13]  ?

MARTINE
 Qui parle d’offenser grand’mère ni grand-père ?

PHILAMINTE
 Ô Ciel !

BÉLISE
 Grammaire est prise à contre-sens par toi,
 Et je t’ai dit déjà d’où vient ce mot.

MARTINE
 Ma foi,
495 Qu’il vienne de Chaillot, d’Auteuil, ou de Pontoise,
Cela ne me fait rien.

BÉLISE
 Quelle âme villageoise !
 La grammaire, du verbe et du nominatif [14] ,
Comme de l’adjectif avec le substantif,
Nous enseigne les lois.

MARTINE
 J’ai, Madame, à vous dire
 Que je ne connais point ces gens-là.

PHILAMINTE
500 Quel martyre !

BÉLISE
 Ce sont les noms des mots, et l’on doit regarder
En quoi c’est qu’il les faut faire ensemble accorder.

MARTINE
 Qu’ils s’accordent entr’eux, ou se gourment [15] , qu’importe ?

PHILAMINTE, à sa sœur.
 Eh, mon Dieu, finissez un discours de la sorte.
(À son mari.)
505 Vous ne voulez pas, vous, me la faire sortir ?

CHRYSALE
 Si fait. À son caprice il me faut consentir.
Va, ne l’irrite point ; retire-toi, Martine.

PHILAMINTE
 Comment ? vous avez peur d’offenser la coquine ?
Vous lui parlez d’un ton tout à fait obligeant ?

CHRYSALE, bas.
510 Moi ? Point. Allons, sortez [16] . Va-t’en, ma pauvre enfant.

 SCÈNE VII

PHILAMINTE, CHRYSALE, BÉLISE.
CHRYSALE
 Vous êtes satisfaite, et la voilà partie.
Mais je n’approuve point une telle sortie ;
C’est une fille propre aux choses qu’elle fait,
Et vous me la chassez pour un maigre sujet.

PHILAMINTE
515 Vous voulez que toujours je l’aie à mon service,
Pour mettre incessamment mon oreille au supplice ?
Pour rompre toute loi d’usage et de raison,
Par un barbare amas de vices d’oraison,
De mots estropiés, cousus par intervalles,
520 De proverbes traînés dans les ruisseaux des Halles [i]  ?

BÉLISE
 Il est vrai que l’on sue à souffrir ses discours.
Elle y met Vaugelas en pièces tous les jours ;
Et les moindres défauts de ce grossier génie,
Sont ou le pléonasme, ou la cacophonie.

CHRYSALE
525 Qu’importe qu’elle manque aux lois de Vaugelas,
Pourvu qu’à la cuisine elle ne manque pas ?
J’aime bien mieux, pour moi, qu’en épluchant ses herbes,
Elle accommode mal les noms avec les verbes,
Et redise cent fois un bas ou méchant mot,
530 Que de brûler ma viande, ou saler trop mon pot.
Je vis de bonne soupe, et non de beau langage.
Vaugelas n’apprend point à bien faire un potage,
Et Malherbe et Balzac, si savants en beaux mots,
En cuisine peut-être auraient été des sots.

PHILAMINTE
535 Que ce discours grossier terriblement assomme !
Et quelle indignité pour ce qui s’appelle homme,
D’être baissé sans cesse aux soins matériels,
Au lieu de se hausser vers les spirituels !
Le corps, cette guenille, est-il d’une importance,
540 D’un prix à mériter seulement qu’on y pense,
Et ne devons-nous pas laisser cela bien loin ?

CHRYSALE
 Oui, mon corps est moi-même, et j’en veux prendre soin,
Guenille si l’on veut, ma guenille m’est chère.

BÉLISE
 Le corps avec l’esprit, fait figure [17] , mon frère ;
545 Mais si vous en croyez tout le monde savant,
L’esprit doit sur le corps prendre le pas devant ;
Et notre plus grand soin, notre première instance,
Doit être à le nourrir du suc de la science.

CHRYSALE
 Ma foi si vous songez à nourrir votre esprit,
550 C’est de viande bien creuse, à ce que chacun dit,
Et vous n’avez nul soin, nulle sollicitude
Pour...

PHILAMINTE
 Ah sollicitude à mon oreille est rude,
 Il put [i] étrangement son ancienneté.

BÉLISE
 Il est vrai que le mot est bien collet monté [i] .

CHRYSALE
555 Voulez-vous que je dise ? Il faut qu’enfin j’éclate,
Que je lève le masque, et décharge ma rate.
De folles on vous traite, et j’ai fort sur le cœur...

PHILAMINTE
 Comment donc ?

CHRYSALE [18] .
 C’est à vous que je parle, ma sœur.
 Le moindre solécisme en parlant vous irrite :
560 Mais vous en faites, vous, d’étranges en conduite [19] .
Vos livres éternels ne me contentent pas,
Et hors un gros Plutarque à mettre mes rabats,
Vous devriez brûler tout ce meuble [i] inutile,
Et laisser la science aux docteurs de la ville ;
565 M’ôter, pour faire bien, du grenier de céans,
Cette longue lunette à faire peur aux gens,
Et cent brimborions dont l’aspect importune :
Ne point aller chercher ce qu’on fait dans la lune,
Et vous mêler un peu de ce qu’on fait chez vous,
570 Où nous voyons aller tout sens dessus dessous.
Il n’est pas bien honnête, et pour beaucoup de causes,
Qu’une femme étudie, et sache tant de choses.
Former aux bonnes mœurs l’esprit de ses enfants,
Faire aller son ménage, avoir l’œil sur ses gens,
575 Et régler la dépense avec économie,
Doit être son étude et sa philosophie.
Nos pères sur ce point étaient gens bien sensés,
Qui disaient qu’une femme en sait toujours assez,
Quand la capacité de son esprit se hausse
580 À connaître un pourpoint d’avec un haut de chausse.
Les leurs ne lisaient point, mais elles vivaient bien ;
Leurs ménages étaient tout leur docte entretien,
Et leurs livres un dé, du fil, et des aiguilles,
Dont elles travaillaient au trousseau de leurs filles.
585 Les femmes d’à présent sont bien loin de ces mœurs,
Elles veulent écrire, et devenir auteurs.
Nulle science n’est pour elles trop profonde,
Et céans beaucoup plus qu’en aucun lieu du monde.
Les secrets les plus hauts s’y laissent concevoir,
590 Et l’on sait tout chez moi, hors ce qu’il faut savoir.
On y sait comme vont lune, étoile polaire,
Vénus, Saturne, et Mars, dont je n’ai point affaire ;
Et dans ce vain savoir, qu’on va chercher si loin,
On ne sait comme va mon pot dont j’ai besoin.
595 Mes gens à la science aspirent pour vous plaire,
Et tous ne font rien moins que ce qu’ils ont à faire ;
Raisonner est l’emploi de toute ma maison,
Et le raisonnement en bannit la raison ;
L’un me brûle mon rôt en lisant quelque histoire,
600 L’autre rêve à des vers quand je demande à boire ;
Enfin je vois par eux votre exemple suivi,
Et j’ai des serviteurs, et ne suis point servi.
Une pauvre servante au moins m’était restée,
Qui de ce mauvais air n’était point infectée,
605 Et voilà qu’on la chasse avec un grand fracas,
À cause qu’elle manque à parler Vaugelas.
Je vous le dis, ma sœur, tout ce train-là me blesse,
(Car c’est, comme j’ai dit, à vous que je m’adresse) ;
Je n’aime point céans tous vos gens à latin,
610 Et principalement ce Monsieur Trissotin.
C’est lui qui dans des vers vous a tympanisées [20] ,
Tous les propos qu’il tient sont des billevesées,
On cherche ce qu’il dit après qu’il a parlé,
Et je lui crois, pour moi, le timbre un peu fêlé.

PHILAMINTE
615 Quelle bassesse, ô Ciel, et d’âme, et de langage !

BÉLISE
 Est-il de petits corps [21] un plus lourd assemblage !
Un esprit composé d’atomes plus bourgeois !
Et de ce même sang se peut-il que je sois !
Je me veux mal de mort d’être de votre race,
620 Et de confusion j’abandonne la place.

 SCÈNE VIII

PHILAMINTE, CHRYSALE.
PHILAMINTE
 Avez-vous à lâcher encore quelque trait ?

CHRYSALE
 Moi ? Non. Ne parlons plus de querelle, c’est fait ;
Discourons d’autre affaire. À votre fille aînée
On voit quelque dégoût pour les nœuds d’hyménée ;
625 C’est une philosophe enfin, je n’en dis rien,
Elle est bien gouvernée, et vous faites fort bien.
Mais de toute autre humeur se trouve sa cadette,
Et je crois qu’il est bon de pourvoir Henriette,
De choisir un mari...

PHILAMINTE
 C’est à quoi j’ai songé,
630 Et je veux vous ouvrir l’intention que j’ai.
Ce Monsieur Trissotin dont on nous fait un crime,
Et qui n’a pas l’honneur d’être dans votre estime,
Est celui que je prends pour l’époux qu’il lui faut,
Et je sais mieux que vous juger de ce qu’il vaut ;
635 La contestation est ici superflue,
Et de tout point chez moi l’affaire est résolue.
Au moins ne dites mot du choix de cet époux,
Je veux à votre fille en parler avant vous.
J’ai des raisons à faire approuver ma conduite,
640 Et je connaîtrai bien si vous l’aurez instruite.

 SCÈNE IX

ARISTE, CHRYSALE.
ARISTE
 Hé bien ? la femme sort, mon frère, et je vois bien
Que vous venez d’avoir ensemble un entretien.

CHRYSALE
 Oui.

ARISTE
 Quel est le succès [22]  ? Aurons-nous Henriette ?
 A-t-elle consenti ? l’affaire est-elle faite ?

CHRYSALE
 Pas tout à fait encor.

ARISTE
 Refuse-t-elle ?

CHRYSALE
645 Non.

ARISTE
 Est-ce qu’elle balance ?

CHRYSALE
 En aucune façon.

ARISTE
 Quoi donc ?

CHRYSALE
 C’est que pour gendre elle m’offre un autre homme.

ARISTE
 Un autre homme pour gendre !

CHRYSALE
 Un autre.

ARISTE
 Qui se nomme ?

CHRYSALE
 Monsieur Trissotin.

ARISTE
 Quoi ? ce Monsieur Trissotin...

CHRYSALE
650 Oui, qui parle toujours de vers et de latin.

ARISTE
 Vous l’avez accepté ?

CHRYSALE
 Moi, point, à Dieu ne plaise.

ARISTE
 Qu’avez-vous répondu ?

CHRYSALE
 Rien ; et je suis bien aise
 De n’avoir point parlé, pour ne m’engager pas !

ARISTE
 La raison est fort belle, et c’est faire un grand pas.
655 Avez-vous su du moins lui proposer Clitandre ?

CHRYSALE
 Non : car comme j’ai vu qu’on parlait d’autre gendre,
J’ai cru qu’il était mieux de ne m’avancer point.

ARISTE
 Certes votre prudence est rare au dernier point !
N’avez-vous point de honte avec votre mollesse ?
660 Et se peut-il qu’un homme ait assez de faiblesse
Pour laisser à sa femme un pouvoir absolu,
Et n’oser attaquer ce qu’elle a résolu ?

CHRYSALE
 Mon Dieu, vous en parlez, mon frère, bien à l’aise,
Et vous ne savez pas comme le bruit me pèse.
665 J’aime fort le repos, la paix, et la douceur,
Et ma femme est terrible avecque son humeur.
Du nom de philosophe elle fait grand mystère [23] ,
Mais elle n’en est pas pour cela moins colère ;
Et sa morale faite à mépriser le bien,
670 Sur l’aigreur de sa bile opère comme rien [24] .
Pour peu que l’on s’oppose à ce que veut sa tête,
On en a pour huit jours d’effroyable tempête.
Elle me fait trembler dès qu’elle prend son ton.
Je ne sais où me mettre, et c’est un vrai dragon ;
675 Et cependant avec toute sa diablerie,
Il faut que je l’appelle, et "mon cœur", et "ma mie".

ARISTE
 Allez, c’est se moquer. Votre femme, entre nous,
Est par vos lâchetés souveraine sur vous.
Son pouvoir n’est fondé que sur votre faiblesse.
680 C’est de vous qu’elle prend le titre de maîtresse.
Vous-même à ses hauteurs vous vous abandonnez,
Et vous faites mener en bête par le nez.
Quoi, vous ne pouvez pas, voyant comme on vous nomme,
Vous résoudre une fois à vouloir être un homme ?
685 À faire condescendre une femme à vos vœux,
Et prendre assez de cœur pour dire un : "Je le veux" ?
Vous laisserez sans honte immoler votre fille
Aux folles visions qui tiennent la famille,
Et de tout votre bien revêtir un nigaud,
690 Pour six mots de latin qu’il leur fait sonner haut ?
Un pédant qu’à tous coups votre femme apostrophe
Du nom de bel esprit, et de grand philosophe,
D’homme qu’en vers galants jamais on n’égala,
Et qui n’est, comme on sait, rien moins que tout cela ?
695 Allez, encore un coup, c’est une moquerie,
Et votre lâcheté mérite qu’on en rie.

CHRYSALE
 Oui, vous avez raison, et je vois que j’ai tort.
Allons, il faut enfin montrer un cœur plus fort,
Mon frère.

ARISTE
 C’est bien dit.

CHRYSALE
 C’est une chose infâme,
700 Que d’être si soumis au pouvoir d’une femme.

ARISTE
 Fort bien.

CHRYSALE
 De ma douceur elle a trop profité.

ARISTE
 Il est vrai.

CHRYSALE
 Trop joui de ma facilité.

ARISTE
 Sans doute.

CHRYSALE
 Et je lui veux faire aujourd’hui connaître
 Que ma fille est ma fille, et que j’en suis le maître,
705 Pour lui prendre un mari qui soit selon mes vœux.

ARISTE
 Vous voilà raisonnable, et comme je vous veux.

CHRYSALE
 Vous êtes pour Clitandre, et savez sa demeure ;
Faites-le-moi venir, mon frère, tout à l’heure.

ARISTE
 J’y cours tout de ce pas.

CHRYSALE
 C’est souffrir trop longtemps,
710 Et je m’en vais être homme à la barbe des gens.

[1] VAR. ARISTE, à Clitandre. (1682).

[2] Nous donnions : nous partions à la conquête.

[3] Un amusement : une feinte, une diversion.

[4] Qu’on n’a pas pour un c ?ur : qu’on n’a pas seulement un c ?ur...

[5] VAR. L’on dit bien vrai. (1682).

[6] Un héritage : un bien immobilier.

[7] VAR. J’ai que l’on me donne. (1682).

[8] Prendre mon courroux : partager ma colère.

[9] N’être pas fidèle : n’être pas de confiance, comme on dit encore aujourd’hui, c’est-à-dire être une voleuse.

[10] Claude Favre de Vaugelas (1585-1650), l’auteur des Remarques sur la langue française (1647), qui firent autorité durant toute la seconde moitié du XVIIe siècle.

[11] La main haute : tenir la main haute à quelqu’un, c’est "le tenir de court, lui laisser peu de liberté" (Dictionnaire de Furetière, 1690).

[12] VAR. Et tous vos beaux dictons. (1682).

[i] De pas mis avec rien tu fais la récidive : tu fais de nouveau la faute qui consiste à mettre pas avec rien.

[13] Grammaire se prononçait comme grand-mère au XVIIe siècle.

[14] Du verbe et du nominatif : du verbe et du sujet.

[15] Se gourment : se battent à coup de poing.

[16] VAR. Bas (1682).

[i] Vices d’oraison : fautes de langue
proverbes traînés dans les ruisseaux des Halles : mots populaires.

[17] Fait figure : a son importance.

[i] Il put : 3e personne du sing. du présent de l’indicatif du verbe puir, doublet de puer.

[i] Collet monté : un collet monté était soutenu par du carton et du fil de fer. De là, au figuré, le mot est une locution à valeur adjective qui possède deux sens distincts : d’une part, guindé, d’autre part, suranné.

[18] VAR. CHRYSALE, à Bélise. (1682).

[19] VAR. (À Philaminte.) (1682).

[i] Tout ce meuble : ce singulier à valeur collective désigne non seulement les livres, mais tout le matériel scientifique dont Philaminte encombre la maison (les cent brimborions du vers 567).

[20] Tympaniser quelqu’un, c’est blâmer quelqu’un publiquement et comme au son du tambour. Trissotin n’a pas décrié les femmes savantes, mais il les a rendues ridicules par les éloges compromettants qu’il a fait d’elles.

[21] Les petits corps : les atomes d’Épicure.

[22] Le succès : le résultat, bon ou mauvais, de cette conversation.

[23] Elle fait grand mystère : elle fait étalage, elle fait grand cas.

[24] Et sa morale, faite à mépriser le bien,/ Sur l’aigreur de sa bile opère comme rien : et sa morale qui lui enseigne à mépriser les biens de fortune, n’agit en rien sur l’aigreur de sa bile.