Molière
Œuvres Chronologie Molière de A à Z Molière et Pézenas
Médiathèque
Bibliographie Filmographie Iconographie Actualités Liens Contact

Le Médecin volant

Acte 1

Comédie

ACTEURS
VALÈRE, amant de Lucile.
SABINE, cousine de Lucile.
SGANARELLE, valet de Valère.
GORGIBUS, père de Lucile.
GROS-RENÉ, valet de Gorgibus.
LUCILE, fille de Gorgibus.
UN AVOCAT.

 SCÈNE PREMIÈRE

VALÈRE, SABINE.

VALÈRE.- Hé bien ! Sabine, quel conseil me donneras-tu [1]  ?

SABINE.- Vraiment, il y a bien des nouvelles. Mon oncle veut résolument que ma cousine épouse Villebrequin, et les affaires sont tellement avancées, que je crois qu’ils eussent été mariés dès aujourd’hui, si vous n’étiez aimé ; mais comme ma cousine m’a confié le secret de l’amour qu’elle vous porte, et que nous nous sommes vues à l’extrémité par l’avarice de mon vilain oncle, nous nous sommes avisées d’une bonne invention pour différer le mariage. C’est que ma cousine, dès l’heure que je vous parle, contrefait la malade ; et le bon vieillard, qui est assez crédule, m’envoie quérir un médecin. Si vous en pouviez envoyer quelqu’un qui fût de vos bons amis, et qui fût de notre intelligence, il conseillerait à la malade de prendre l’air à la campagne. Le bonhomme ne manquera pas de faire loger ma cousine à ce pavillon qui est au bout de notre jardin, et par ce moyen vous pourriez l’entretenir à l’insu de notre vieillard, l’épouser, et le laisser pester tout son soûl avec Villebrequin.

VALÈRE.- Mais le moyen de trouver sitôt un médecin à ma poste [i] , et qui voulût tant hasarder pour mon service ? Je te le dis franchement, je n’en connais pas un.

SABINE.- Je songe une chose : si vous faisiez habiller votre valet en médecin ? Il n’y a rien de si facile à duper que le bonhomme.

VALÈRE.- C’est un lourdaud qui gâtera tout ; mais il faut s’en servir faute d’autre. Adieu, je le vais chercher. Où diable trouver ce maroufle à présent ? Mais le voici tout à propos.

 SCÈNE II

VALÈRE, SGANARELLE.

VALÈRE.- Ah ! mon pauvre Sganarelle, que j’ai de joie de te voir ! J’ai besoin de toi dans une affaire de conséquence ; mais, comme je ne sais pas ce que tu sais faire...

SGANARELLE.- Ce que je sais faire, Monsieur ? Employez-moi seulement en vos affaires de conséquence, en quelque chose [2] d’importance : par exemple, envoyez-moi voir quelle heure il est à une horloge, voir combien le beurre vaut au marché, abreuver un cheval ; c’est alors que vous connaîtrez ce que je sais faire.

VALÈRE.- Ce n’est pas cela : c’est qu’il faut que tu contrefasses le médecin.

SGANARELLE.- Moi, médecin, Monsieur ! Je suis prêt à faire tout ce qu’il vous plaira ; mais pour faire le médecin, je suis assez votre serviteur pour n’en rien faire du tout ; et par quel bout m’y prendre, bon Dieu ? Ma foi ! Monsieur, vous vous moquez de moi.

VALÈRE.- Si tu veux entreprendre cela, va, je te donnerai dix [3] pistoles.

SGANARELLE.- Ah ! pour dix pistoles, je ne dis pas que je ne sois médecin ; car, voyez-vous bien, Monsieur ? Je n’ai pas l’esprit tant, tant subtil, pour vous dire la vérité ; mais, quand je serai médecin, où irai-je ?

VALÈRE.- Chez le bonhomme Gorgibus, voir sa fille, qui est malade ; mais tu es un lourdaud qui, au lieu de bien faire, pourrais bien...

SGANARELLE.- Hé ! mon Dieu, Monsieur, ne soyez point en peine ; je vous réponds que je ferai aussi bien mourir une personne qu’aucun médecin qui soit dans la ville. On dit un proverbe, d’ordinaire : Après la mort le médecin [4]  ; mais vous verrez que si je m’en mêle, on dira : Après le médecin, gare la mort ! Mais néanmoins, quand je songe, cela est bien difficile de faire le médecin ; et si je ne fais rien qui vaille... ?

VALÈRE.- Il n’y a rien de si facile en cette rencontre : Gorgibus est un homme simple, grossier, qui se laissera étourdir de ton discours, pourvu que tu parles d’Hippocrate et de Galien [5] , et que tu sois un peu effronté.

SGANARELLE.- C’est-à-dire qu’il lui faudra parler philosophie, mathématique. Laissez-moi faire ; s’il est un homme facile, comme vous le dites, je vous réponds de tout ; venez seulement me faire avoir un habit de médecin, et m’instruire de ce qu’il faut faire [6] , et me donner mes licences, qui sont les dix pistoles promises [7] .

 SCÈNE III

GORGIBUS, GROS RENÉ.

GORGIBUS.- Allez vitement chercher un médecin, car ma fille est bien malade, et dépêchez-vous.

GROS-RENÉ.- Que diable aussi ! pourquoi vouloir donner votre fille à un vieillard ? Croyez-vous que ce ne soit pas le désir qu’elle a d’avoir un jeune homme qui la travaille ? Voyez-vous la connexité qu’il y a, etc. (Galimatias [8] .)

GORGIBUS.- Va-t’en vite ; je vois bien que cette maladie-là reculera bien les noces.

GROS-RENÉ.- Et c’est ce qui me fait enrager : je croyais refaire mon ventre d’une bonne carrelure [9] , et m’en voilà sevré. Je m’en vais chercher un médecin pour moi aussi bien que pour votre fille ; je suis désespéré [10] .

 SCÈNE IV

SABINE, GORGIBUS, SGANARELLE.

SABINE.- Je vous trouve à propos, mon oncle, pour vous apprendre une bonne nouvelle. Je vous amène le plus habile médecin du monde, un homme qui vient des pays étrangers, qui sait les plus beaux secrets, et qui sans doute guérira ma cousine. On me l’a indiqué par bonheur, et je vous l’amène. Il est si savant, que je voudrais de bon cœur être malade, afin qu’il me guérît.

GORGIBUS.- Où est-il donc ?

SABINE.- Le voilà qui me suit ; tenez, le voilà.

GORGIBUS.- Très humble serviteur à Monsieur le médecin ! Je vous envoie quérir pour voir ma fille, qui est malade ; je mets toute mon espérance en vous.

SGANARELLE.- Hippocrate dit, et Galien par vives raisons persuade qu’une personne ne se porte pas bien quand elle est malade. Vous avez raison de mettre votre espérance en moi ; car je suis le plus grand, le plus habile, le plus docte médecin qui soit dans la faculté végétable, sensitive et minérale.

GORGIBUS.- J’en suis fort ravi.

SGANARELLE.- Ne vous imaginez pas que je sois un médecin ordinaire, un médecin du commun. Tous les autres médecins ne sont, à mon égard, que des avortons de médecine [11] . J’ai des talents particuliers, j’ai des secrets. Salamalec, salamalec. "Rodrigue, as-tu du cœur ?" Signor, si ; segnor, non. Per omnia sæcula sæculorum. Mais encore voyons un peu.

SABINE.- Hé ! ce n’est pas lui qui est malade, c’est sa fille.

SGANARELLE.- Il n’importe : le sang du père et de la fille ne sont qu’une même chose ; et par l’altération de celui du père, je puis connaître la maladie de la fille [12] . Monsieur Gorgibus, y aurait-il moyen de voir de l’urine [13] de l’égrotante [14]  ?

GORGIBUS.- Oui-da ; Sabine, vite allez quérir de l’urine de ma fille [15] . Monsieur le médecin, j’ai grand’peur qu’elle ne meure.

SGANARELLE.- Ah ! qu’elle s’en garde bien ! Il ne faut pas qu’elle s’amuse à se laisser mourir sans l’ordonnance du médecin [16] . Voilà de l’urine qui marque grande chaleur, grande inflammation dans les intestins : elle n’est pas tant mauvaise pourtant.

GORGIBUS.- Hé quoi ? Monsieur, vous l’avalez ?

SGANARELLE.- Ne vous étonnez pas de cela ; les médecins, d’ordinaire, se contentent de la regarder ; mais moi, qui suis un médecin hors du commun, je l’avale, parce qu’avec le goût je discerne bien mieux la cause et les suites de la maladie. Mais, à vous dire la vérité, il y en avait trop peu pour asseoir un bon jugement : qu’on la fasse encore pisser.

SABINE .- [17] J’ai bien eu de la peine à la faire pisser.

SGANARELLE.- Que cela ? voilà bien de quoi ! Faites-la pisser copieusement, copieusement. Si tous les malades pissent de la sorte, je veux être médecin toute ma vie.

SABINE.- [18] Voilà tout ce qu’on peut avoir : elle ne peut pas pisser davantage.

SGANARELLE.- Quoi ? Monsieur Gorgibus, votre fille ne pisse que des gouttes ? voilà une pauvre pisseuse que votre fille ; je vois bien qu’il faudra que je lui ordonne une potion pissative. N’y aurait-il pas moyen de voir la malade ?

SABINE.- Elle est levée ; si vous voulez, je la ferai venir.

 SCÈNE V

LUCILE, SABINE, GORGIBUS, SGANARELLE.

SGANARELLE.- Hé bien ! Mademoiselle, vous êtes malade ?

LUCILE.- Oui, Monsieur.

SGANARELLE.- Tant pis ! c’est une marque que vous ne vous portez pas bien. Sentez-vous de grandes douleurs à la tête, aux reins ?

LUCILE.- Oui, Monsieur.

SGANARELLE.- C’est fort bien fait. Ovide [19] , ce grand médecin, au chapitre qu’il a fait de la nature des animaux, dit... cent belles choses ; et comme les humeurs qui ont de la connexité ont beaucoup de rapport ; car, par exemple, comme la mélancolie est ennemie de la joie, et que la bile qui se répand par le corps nous fait devenir jaunes, et qu’il n’est rien plus contraire à la santé que la maladie, nous pouvons dire, avec ce grand homme, que votre fille est fort malade. Il faut que je vous fasse une ordonnance.

GORGIBUS.- Vite une table, du papier, de l’encre.

SGANARELLE.- Y a-t-il ici quelqu’un qui sache écrire ?

GORGIBUS.- Est-ce que vous ne le savez point ?

SGANARELLE.- Ah ! je ne m’en souvenais pas ; j’ai tant d’affaires dans la tête, que j’oublie la moitié... Je crois qu’il serait nécessaire que votre fille prît un peu l’air, qu’elle se divertît à la campagne.

GORGIBUS.- Nous avons un fort beau jardin, et quelques chambres qui y répondent ; si vous le trouvez à propos, je l’y ferai loger.

SGANARELLE.- Allons, allons visiter les lieux [20] .

 SCÈNE VI

L’AVOCAT.- J’ai ouï dire que la fille de M. Gorgibus était malade : il faut que je m’informe de sa santé, et que je lui offre mes services comme ami de toute sa famille. Holà ! holà ! M. Gorgibus y est-il ?

 SCÈNE VII

GORGIBUS, L’AVOCAT.

GORGIBUS.- Monsieur, votre très humble, etc.

L’AVOCAT.- Ayant appris la maladie de Mademoiselle votre fille, je vous suis venu témoigner la part que j’y prends, et vous faire offre de tout ce qui dépend de moi.

GORGIBUS.- J’étais là dedans avec le plus savant homme.

L’AVOCAT.- N’y aurait-il pas moyen de l’entretenir un moment ?

 SCÈNE VIII

GORGIBUS, L’AVOCAT, SGANARELLE.

GORGIBUS.- Monsieur, voilà un fort habile homme de mes amis qui souhaiterait de vous parler et vous entretenir.

SGANARELLE.- Je n’ai pas le loisir, Monsieur Gorgibus : il faut aller à mes malades. Je ne prendrai pas la droite avec vous, Monsieur.

L’AVOCAT.- Monsieur, après ce que m’a dit M. Gorgibus de votre mérite et de votre savoir, j’ai eu la plus grande passion du monde d’avoir l’honneur de votre connaissance, et j’ai pris la liberté de vous saluer à ce dessein : je crois que vous ne le trouverez pas mauvais. Il faut avouer que tous ceux qui excellent en quelque science sont dignes de grande louange, et particulièrement ceux qui font profession de la médecine, tant à cause de son utilité, que parce qu’elle contient en elle plusieurs autres sciences, ce qui rend sa parfaite connaissance fort difficile ; et c’est fort à propos qu’Hippocrate dit dans son premier aphorisme : Vita brevis, ars vero longa, occasio autem præceps, experimentum periculosum, judicium difficile [i] .

SGANARELLE, à Gorgibus.- Ficile tantina pota baril cambustibus [21] .

L’AVOCAT.- Vous n’êtes pas de ces médecins qui ne vous appliquez [22] qu’à la médecine qu’on appelle rationale ou dogmatique, et je crois que vous l’exercez tous les jours avec beaucoup de succès : experientia magistra rerum [23] . Les premiers hommes qui firent profession de la médecine furent tellement estimés d’avoir cette belle science, qu’on les mit au nombre des Dieux pour les belles cures qu’ils faisaient tous les jours. Ce n’est pas qu’on doive mépriser un médecin qui n’aurait pas rendu la santé à son malade, parce qu’elle ne dépend pas [24] absolument de ses remèdes, ni de son savoir :

Interdum docta plus valet arte malum[i]

Monsieur, j’ai peur de vous être importun : je prends congé de vous, dans l’espérance que j’ai qu’à la première vue j’aurai l’honneur de converser avec vous avec plus de loisir. Vos heures vous sont précieuses, etc [25] .

GORGIBUS.- Que vous semble de cet homme-là ?

SGANARELLE.- Il sait quelque petite chose. S’il fût demeuré tant soit peu davantage, je l’allais mettre sur une matière sublime et relevée. Cependant, je prends congé de vous [26] . Hé ! que voulez-vous faire ?

GORGIBUS.- Je sais bien ce que je vous dois.

SGANARELLE.- Vous vous moquez, Monsieur Gorgibus. Je n’en prendrai pas, je ne suis pas un homme mercenaire [27] . Votre très humble serviteur [28] .

 SCÈNE IX

VALÈRE.- Je ne sais ce qu’aura fait Sganarelle : je n’ai point eu de ses nouvelles, et je suis fort en peine où je le pourrais rencontrer [29] . Mais bon, le voici. Hé bien ! Sganarelle, qu’as-tu fait depuis que je ne t’ai point vu ?

 SCÈNE X

SGANARELLE, VALÈRE.

SGANARELLE.- Merveille sur merveille ; j’ai si bien fait, que Gorgibus me prend pour un habile médecin. Je me suis introduit chez lui, et lui ai conseillé de faire prendre l’air à sa fille, laquelle est à présent dans un appartement qui est au bout de leur jardin, tellement qu’elle est fort éloignée du vieillard, et que vous pouvez l’aller voir commodément.

VALÈRE.- Ah ! que tu me donnes de joie ! Sans perdre de temps, je la vais trouver de ce pas [30] .

SGANARELLE.- Il faut avouer que ce bonhomme Gorgibus est un vrai lourdaud de se laisser tromper de la sorte [31] . Ah ! ma foi, tout est perdu : c’est à ce coup que voilà la médecine renversée, mais il faut que je le trompe.

 SCÈNE XI

SGANARELLE, GORGIBUS.

GORGIBUS.- Bonjour, Monsieur.

SGANARELLE.- Monsieur, votre serviteur. Vous voyez un pauvre garçon au désespoir ; ne connaissez-vous pas un médecin qui est arrivé depuis peu en cette ville, qui fait des cures admirables ?

GORGIBUS.- Oui, je le connais : il vient de sortir de chez moi.

SGANARELLE.- Je suis son frère, Monsieur : nous sommes gémeaux ; et, comme nous nous ressemblons fort, on nous prend quelquefois l’un pour l’autre.

GORGIBUS.- Je [me] dédonne au diable [i] si je n’y ai été trompé. Et comme [32] vous nommez-vous ?

SGANARELLE.- Narcisse, Monsieur, pour vous rendre service. Il faut que vous sachiez qu’étant dans son cabinet, j’ai répandu deux fioles d’essence qui étaient sur le bout de sa table ; aussitôt il s’est mis dans une colère si étrange contre moi, qu’il m’a mis hors du logis, et ne me veut plus [33] jamais voir, tellement que je suis un pauvre garçon à présent sans appui, sans support [34] , sans aucune connaissance.

GORGIBUS.- Allez, je ferai votre paix : je suis de ses amis, et je vous promets de vous remettre avec lui. Je lui parlerai d’abord que je le verrai.

SGANARELLE.- Je vous serai bien obligé, Monsieur Gorgibus [35] .

 SCÈNE XII

SGANARELLE, GORGIBUS.

SGANARELLE.- Il faut avouer que quand les malades ne veulent pas suivre l’avis du médecin, et qu’ils s’abandonnent à la débauche, que [36] ...

GORGIBUS.- Monsieur le médecin, votre très humble serviteur. Je vous demande une grâce.

SGANARELLE.- Qu’y a-t-il, Monsieur ? Est-il question de vous rendre service ?

GORGIBUS.- Monsieur, je viens de rencontrer Monsieur votre frère, qui est tout à fait fâché de...

SGANARELLE.- C’est un coquin, Monsieur Gorgibus.

GORGIBUS.- Je vous réponds qu’il est tellement contrit de vous avoir mis en colère...

SGANARELLE.- C’est un ivrogne, Monsieur Gorgibus.

GORGIBUS.- Hé ! Monsieur, vous voulez désespérer ce pauvre garçon [37]  ?

SGANARELLE.- Qu’on ne m’en parle plus ; mais voyez l’impudence de ce coquin-là, de vous aller trouver pour faire son accord ; je vous prie de ne m’en pas parler.

GORGIBUS.- Au nom de Dieu, Monsieur le médecin ! et faites cela [38] pour l’amour de moi. Si je suis capable de vous obliger en autre chose, je le ferai de bon cœur. Je m’y suis engagé, et...

SGANARELLE.- Vous m’en priez avec tant d’instance, que, quoique j’eusse fait [39] serment de ne lui pardonner jamais, allez, touchez là : je lui pardonne. Je vous assure que je me fais grande violence, et qu’il faut que j’aie bien de la complaisance pour vous. Adieu, Monsieur Gorgibus [40] .

GORGIBUS.- [41] Monsieur, votre très humble serviteur ; je m’en vais chercher ce pauvre garçon pour lui apprendre cette bonne nouvelle.

 SCÈNE XIII

VALÈRE, SGANARELLE.

VALÈRE.- Il faut que j’avoue que je n’eusse jamais cru que Sganarelle se fût si bien acquitté de son devoir [42] . Ah ! mon pauvre garçon, que je t’ai d’obligation ! que j’ai de joie ! et que...

SGANARELLE.- Ma foi, vous parlez fort à votre aise. Gorgibus m’a rencontré ; et sans une invention que j’ai trouvée, toute la mèche était découverte [43] . Mais fuyez-vous-en [44] , le voici [45] .

 SCÈNE XIV

GORGIBUS, SGANARELLE.

GORGIBUS.- Je vous cherchais partout pour vous dire que j’ai parlé à votre frère : il m’a assuré qu’il vous pardonnait ; mais, pour en être plus assuré, je veux qu’il vous embrasse en ma présence ; entrez dans mon logis, et je l’irai chercher.

SGANARELLE.- Ah ! Monsieur Gorgibus, je ne crois pas que vous le trouviez à présent ; et puis je ne resterai pas chez vous : je crains trop sa colère.

GORGIBUS.- Ah ! vous demeurerez, car je vous enfermerai. Je m’en vais à présent chercher votre frère : ne craignez rien, je vous réponds qu’il n’est plus fâché [46] .

SGANARELLE.- [47] Ma foi, me voilà attrapé ce coup-là ; il n’y a plus moyen de m’en échapper. Le nuage est fort épais, et j’ai bien peur que, s’il vient à crever, il ne grêle sur mon dos force coups de bâton [48] , ou que, par quelque ordonnance plus forte que toutes celles des médecins, on m’applique tout au moins un cautère royal [49] sur les épaules. Mes affaires vont mal ; mais pourquoi se désespérer ? Puisque j’ai tant fait, poussons la fourbe jusques au bout. Oui, oui, il en faut encore sortir, et faire voir que Sganarelle est le roi des fourbes [50] .

 SCÈNE XV

GROS-RENÉ, GORGIBUS, SGANARELLE.

GROS-RENÉ.- Ah ! ma foi, voilà qui est drôle ! comme diable on saute ici par les fenêtres ! Il faut que je demeure ici, et que je voie à quoi tout cela aboutira.

GORGIBUS.- Je ne saurais trouver ce médecin ; je ne sais où diable il s’est caché [51] . Mais le voici. Monsieur, ce n’est pas assez d’avoir pardonné à votre frère ; je vous prie, pour ma satisfaction, de l’embrasser : il est chez moi, et je vous cherchais partout pour vous prier de faire cet accord en ma présence.

SGANARELLE.- Vous vous moquez, Monsieur Gorgibus : n’est-ce pas assez que je lui pardonne ? Je ne le veux jamais voir.

GORGIBUS.- Mais, Monsieur, pour l’amour de moi.

SGANARELLE.- Je ne vous saurais rien refuser : dites-lui qu’il descende [52] .

GORGIBUS.- [53] Voilà votre frère qui vous attend là-bas : il m’a promis qu’il fera tout ce que je voudrai.

SGANARELLE.- [54] Monsieur Gorgibus, je vous prie de le faire venir ici : je vous conjure que ce soit en particulier que je lui demande pardon, parce que sans doute il me ferait cent hontes et cent opprobres [55] devant tout le monde [56] .

GORGIBUS.- Oui-da, je m’en vais lui dire. Monsieur, il dit qu’il est honteux, et qu’il vous prie d’entrer, afin qu’il vous demande pardon en particulier. Voilà la clef, vous pouvez entrer ; je vous supplie de ne me pas refuser et de me donner ce contentement.

SGANARELLE.- Il n’y a rien que je ne fasse pour votre satisfaction : vous allez entendre de quelle manière je le vais traiter [57] . Ah ! te voilà, coquin. - Monsieur mon frère, je vous demande pardon, je vous promets qu’il n’y a point de ma faute. - Il n’y a point de ta faute, pilier de débauche, coquin ? Va, je t’apprendrai à vivre. Avoir la hardiesse [58] d’importuner M. Gorgibus, de lui rompre la tête de ses sottises ! - Monsieur mon frère... - Tais-toi, te dis-je. - Je ne vous désoblig... - Tais-toi, coquin.

GROS-RENÉ.- Qui diable pensez-vous qui soit chez vous à présent ?

GORGIBUS.- C’est le médecin et Narcisse son frère ; ils avaient quelque différend, et ils font leur accord.

GROS-RENÉ.- Le diable emporte ! ils ne sont qu’un.

SGANARELLE.- [59] Ivrogne que tu es, je t’apprendrai à vivre. Comme il baisse la vue ! il voit bien qu’il a failli, le pendard. Ah ! l’hypocrite, comme il fait le bon apôtre !

GROS-RENÉ.- Monsieur, dites-lui un peu par plaisir qu’il fasse mettre son frère à la fenêtre.

GORGIBUS.- Oui-da, Monsieur le médecin, je vous prie de faire paraître votre frère à la fenêtre.

SGANARELLE.- [60] Il est indigne de la vue des gens d’honneur, et puis je ne le saurais souffrir auprès de moi.

GORGIBUS.- Monsieur, ne me refusez pas cette grâce, après toutes celles que vous m’avez faites.

SGANARELLE.- [61] En vérité, Monsieur Gorgibus, vous avez un tel pouvoir sur moi que je ne vous puis rien refuser. Montre, montre-toi, coquin [62] . - Monsieur Gorgibus, je suis votre obligé [63] . - Hé bien ! avez-vous vu cette image de la débauche [64]  ?

GROS-RENÉ.- Ma foi, ils ne sont qu’un ; et, pour vous le prouver, dites-lui un peu que vous les voulez voir ensemble.

GORGIBUS.- Mais faites-moi la grâce de le faire paraître avec vous, et de l’embrasser devant moi à la fenêtre.

SGANARELLE.- [65] C’est une chose que je refuserais à tout autre qu’à vous ; mais pour vous montrer que je veux tout faire pour l’amour de vous, je m’y résous, quoique avec peine, et veux auparavant qu’il vous demande pardon de toutes les peines qu’il vous a données. - Oui, Monsieur Gorgibus, je vous demande pardon de vous avoir tant importuné, et vous promets, mon frère, en présence de M. Gorgibus que voilà, de faire si bien désormais, que vous n’aurez plus lieu de vous plaindre, vous priant de ne plus songer à ce qui s’est passé.

Il embrasse son chapeau et sa fraise[66]

GORGIBUS.- Hé bien ! ne les voilà pas tous deux ?

GROS-RENÉ.- Ah ! par ma foi, il est sorcier.

SGANARELLE.- [67] Monsieur, voilà la clef de votre maison que je vous rends ; je n’ai pas voulu que ce coquin soit descendu avec moi, parce qu’il me fait honte : je ne voudrais pas qu’on le vît en ma compagnie dans la ville, où je suis en quelque réputation. Vous irez le faire sortir quand bon vous semblera. Je vous donne le bonjour, et suis votre, etc [68] .

GORGIBUS.- Il faut que j’aille délivrer ce pauvre garçon ; en vérité, s’il lui a pardonné, ce n’a pas été sans le bien maltraiter [69] .

SGANARELLE.- Monsieur, je vous remercie de la peine que vous avez prise et de la bonté que vous avez eue : je vous en serai obligé toute ma vie.

GROS-RENÉ.- Où pensez-vous que soit à présent le médecin ?

GORGIBUS.- Il s’en est allé.

GROS-RENÉ.- [70] Je le tiens sous mon bras. Voilà le coquin qui faisait le médecin, et qui vous trompe. Cependant qu’il vous trompe et joue la farce chez vous, Valère et votre fille sont ensemble, qui s’en vont à tous les diables.

GORGIBUS.- Ah ! que je suis malheureux ! mais tu seras pendu, fourbe, coquin.

SGANARELLE.- Monsieur, qu’allez-vous faire de me pendre ? Écoutez un mot, s’il vous plaît : il est vrai que c’est par mon invention que mon maître est avec votre fille ; mais en le servant, je ne vous ai point désobligé : c’est un parti sortable [71] pour elle, tant pour la naissance que pour les biens. Croyez-moi, ne faites point un vacarme qui tournerait à votre confusion, et envoyez à tous les diables ce coquin-là, avec Villebrequin. Mais voici nos amants.

 SCÈNE XVI ET DERNIÉRE

VALÈRE, LUCILE, GORGIBUS.

VALÈRE.- Nous nous jetons à vos pieds.

GORGIBUS.- Je vous pardonne, et suis heureusement trompé par Sganarelle, ayant un si brave gendre. Allons tous faire noces, et boire à la santé de toute la compagnie.

[1] VAR. Me donnes-tu ? (1819).

[i] À ma poste : à ma convenance (cf. Le Malade imaginaire, III, 2).

[2] VAR. Ou pour quelque chose. (1819).

[3] Faut-il lire « dix » ou « des » pistoles ? La graphie du manuscrit est ici ambiguë.

[4] « On dit après la mort, le médecin pour dire qu’on apporte le remède à une affaire quand elle est ruinée, quand il n’est plus temps » (Dictionnaire de Furetière, 1690).

[5] On voue un véritable culte à ces deux autorités médicales au XVIIe siècle.

[6] VAR. De ce qu’il me faut faire. (1819).

[7] VAR. Valère et Sganarelle s’en vont. (1819).

[8] Cela indique que l’acteur improvise ici à son gré.

[9] Carrelure : semelles neuves qu’on fait placer sous les souliers. « On dit proverbialement et figurément d’un homme affamé qui a fait un bon repas, qu’il s’est fait une carrelure, une bonne carrelure de ventre » (Dictionnaire de l’Académie, 1694).

[10] VAR. Il sort. (1819).

[11] VAR. De médecins. (1819).

[12] Cf. L’Amour médecin, III, 5.

[13] L’examen de l’urine tient une place importante dans la pratique médicale du XVIIe siècle, encore qu’elle soit contestée, en raison de certains abus qu’en font les charlatans. Les plaisanteries sur le sujet remontent au Moyen-Âge ; Rabelais l’exploite dans Pantagruel, livre III, chap. XXXIV. Élomire hypocondre met en scène un de ces médecins, à l’acte III.

[14] L’égrotante : la malade.

[15] VAR. Sabine sort. (1819).

[16] VAR. Sans l’ordonnace de la médecine. (Sabine rentre.) (1819). Cf. Le Médecin malgré lui, II, 4.

[17] VAR. SABINE sort et revient. (1819).

[18] VAR. SABINE sort et revient. (1819).

[19] La plupart des textes portent ordinairement « Oui da », ce qui ne veut pas dire grand chose au regard de la suite de la phrase. Claude Bourqui nous a amicalement suggéré cette lecture, que l ?étude du manuscrit confirme : Sganarelle utiliserait, dans son désir de paraître savant, le premier nom d ?un ancien dont il se souvient.

[20] VAR. Allons visiter les lieux. Ils sortent tous. (1819).

[i] Vita brevis ? : la vie est courte, l’art est long (à dominer), l’occasion fugitive, l’expérience pleine de périls, l’appréciation difficile (Aphorismes d’Hyppocrate).

[21] Sganarelle enchaîne sur la fin du propos de l’Avocat, mais le sien n’a aucun sens.

[22] VAR. Qui ne s’appliquent. (1819).

[23] Experientia magistra rerum : c’est l’expérience qui enseigne toutes choses. Adage extrait d’un recueil d’Érasme. L’Avocat complimente ainsi un médecin qui pratique une médecine empirique, et non pas dogmatique et rationnelle, comme celle de la Faculté.

[24] VAR. Puisqu’elle ne dépend pas. (1819).

[i] Interdum docta plus valet arte malum : parfois le mal est plus fort que l’art et que la science. (Ovide, Pontiques, livre Ier, chant III, v. 18).

[25] VAR. L’Avocat sort. (1819).

[26] VAR. Gorgibus lui donne de l’argent. (1819).

[27] VAR. Il prend l’argent. (1819).

[28] VAR. Sganarelle sort et Gorgibus rentre dans sa maison. (1819).

[29] VAR. Sganarelle revient en habit de valet. (1819).

[30] VAR. Il sort. (1819).

[31] VAR. Apercevant Gorgibus. (1819).

[i] Je dédonne au diable : expression obscure. Il s’agit peut-être d’une modification du juron Je me donne au diable, car le préfixe dé pourrait avoir valeur d’exorcisme. Cf. Le Médecin volant, s. 5. C’est l’édition de 1819 qui ajoute [me].

[32] VAR. Et comment. (1819).

[33] VAR. Hors du logis ; il ne me veut plus. (1819).

[34] Sans support : sans protection, sans soutien.

[35] VAR. Sganarelle sort et rentre aussitôt avec sa robe de médecin. (1819).

[36] VAR. À la débauche. (1819).

[37] VAR. Voulez-vous désespérer ? (1819).

[38] VAR. Monsieur le Médecin, faites cela. (1819).

[39] VAR. Avec tant d’instance ? Quoiquej’eusse fait. (1819).

[40] VAR. Gorgibus rentre dans sa maison, et Sganarelle s’en va. (1819).

[41] Cette réplique est supprimée dans l’édition de 1819.

[42] VAR. Sganarelle rentre avec ses habits de valet. (1819).

[43] VAR. Apercevant Gorgibus. (1819).

[44] Cf. La Fontaine (conte XIII du livre IV) : « Vite, fuis-t’en, m’ayant mis en ta place ».

[45] VAR. Valère sort. (1819).

[46] VAR. Gorgibus sort. (1819).

[47] VAR. SGANARELLE, de la fenêtre. (1819).

[48] Cf. Les Fourberies de Scapin, I, 1 : « Je vois se former de loin un nuage de coups de bâton qui crèvera sur mes épaules ».

[49] Un cautère royal : les condamnés étaient marqués au fer rouge à l’épaule ; Sganarelle le compare au cautère qui sert à brûler les ulcères.

[50] VAR. Il saute de la fenêtre et s’en va. (1819). Cf. L’Étourdi, II, 8, v. 794.

[51] VAR. Apercevant Sganarelle qui revient en habit de médecin. (1819).

[52] VAR. Pendant que Gorgibus rentre dans sa maison par la porte, Sganarelle y rentre par la fenêtre. (1819).

[53] VAR. GORGIBUS, à la fenêtre. (1819).

[54] VAR. SGANARELLE, à la fenêtre. (1819).

[55] VAR. Cent hontes, cent opprobres. (1819).

[56] VAR. Gorgibus sort de sa maison par la porte, et Sganarelle par la fenêtre. (1819).

[57] VAR. À la fenêtre. (1819).

[58] VAR. Je vous promets qu’il n’y a pas de ma faute. ? Pilier de débauche, coquin, va, je t’apprendrai à venir avoir la hardiesse. (1819).

[59] VAR. SGANARELLE, à la fenêtre. (1819).

[60] VAR. SGANARELLE, de la fenêtre. (1819).

[61] VAR. SGANARELLE, de la fenêtre. (1819).

[62] VAR. Après avoir disparu un moment, il se remontre en habit de valet. (1819).

[63] VAR. Il disparaît encore, et reparaît aussitôt en robe de médecin. (1819).

[64] VAR. Avez-vous cette image de la débauche. (Manuscrit de la bibliothèque Mazarine). Nous corrigeons cette faute manifeste d’après 1819.

[65] VAR. SGANARELLE, de la fenêtre. (1819).

[66] VAR. Il embrasse son chapeau et sa fraise qu’il a mis au bout de son coude. (1819).

[67] VAR. SGANARELLE, sortant de la maison, en médecin. (1819).

[68] VAR. Il feint de s’en aller, et, après avoir mis bas sa robe, rentre dans la maison par la fenêtre. (1819).

[69] VAR. Il entre dans sa maison, et en sort avec Sganarelle, en habit de valet. (1819).

[70] VAR. GROS-RENÉ, qui a ramassé la robe de Sganarelle. (1819).

[71] Sortable : bien assorti.